Pyramide de Dilts et harmonisation de l'organisation

Précédemment et autour de Kanban je vous parlais de culture d’entreprise, d’organisation, et le besoin de s’adapter à celle-ci pour accompagner l’organisation. J’aimerais compléter cette lecture en adjoignant le besoin que cette culture soit alignée, en harmonie, “à tous les niveaux”. Pour cela et dans mes réflexions en cours chez beNext, je souhaite vous parler de la pyramide de Dilts (que Dilts puise chez Bateson). Dans cette lecture de la pyramide de Dilts je me permets des libertés, j’adapte, je m’approprie, c’est ma façon d'être plus cohérent avec le monde qui m’entoure1.

Dojo agile à l'échelle

Lundi dernier, comme tous les lundis, il y a un dojo au vaisseau. Le vaisseau c’est les bureaux chez beNext. Le dojo c’est le lieu où l’on étudie. Tous les lundis on propose aux équipes sur place 1h sur un sujet porté par quelqu’un qui s’y connaît (sur le sujet justement). Lundi dernier donc c'était un dojo sur “agile à l'échelle” parce que l’on nous interroge souvent (malheureusement) sur SAFe. Vous imaginez bien que je me suis proposé.

Temporalité du management

Quand on s’interroge comme souvent actuellement sur la posture managériale à avoir de nos jours, sur le fait de donner du sens et un cadre, en lieu et place d’un management command & control, il est important de saisir que la temporalité de ce management change aussi. Je veux dire par là qu’un management command & control est un management de cause à effet, je te demande cela, tu fais cela, bien ou mal, mais la relation est direct et le temps est court, ou du moins on comprend le temps que cela va prendre.

Fabriquer son job

Question lancinante parmi les personnes qui m’entourent, notamment les plus jeunes : comment fait-on pour trouver le job, le projet, la mission, le produit, l’environnement, etc., idéal. Celui que l’on va kiffer, aimer, dont on sera fier, pour lequel on se lèvera le matin ? Comment le trouver ? Le dénicher ? En fait la réponse est probablement comment le fabriquer ! Comment le concevoir ! Quand je croise les benexters (les personnes de beNext), cette question est récurrente.

Expérimenter

Expérimenter est une chose importante de nos jours. C’est presque comme une sagesse. Une façon de bien savoir aborder le monde qui nous entoure. Expérimenter fait gagner du temps. Si on est prêt à expérimenter, à faire des expérimentations, il n’est plus nécessaire d’avoir réponse à tout avant de commencer. Faire des expérimentations libère de la tyrannie de la perfection. Si l’on expérimente, l’on essaye, il est inutile d’avoir des réponses par avance.

School of product ownership 2019

Journal de bord du 18 janvier 2019, dans les textes de Harrison Owen sur le forum ouvert (openspace) il utilise cette maxime que je juge très vraie : Without passion, nobody is interested. Without responsibility, nothing will get done. Sans passion, personne n’est intéressé. Sans responsabilité, rien n’avance. Une des façons pour moi de vivre cela est de croire en quelque chose et de prendre la responsabilité de le faire avancer.

Management d'hier et d'aujourd'hui

On a découvert qu’en réduisant l’activité des gens a seulement quelques actes on augmentait plus facilement leur savoir-faire et ainsi leur productivité. Par exemple que les développeurs développent et se focalisent là-dessus, et que les gens de l’infrastructure se focalisent sur l’infrastructure, leur dextérité augmentera et ainsi la productivité. On a découvert qu’en spécialisant et en divisant le travail on limitait le temps de pause. Quand, par exemple, les gens du test ne font que du test, ils ne perdent pas de temps à s’occuper du reste.

Dynamic Kanban

Hier lors de Flowcon, la con férence sur le flow, j’ai pu, avec l’aide de Yannick, présenter une session dont l’objectif est de faire comprendre la lecture contextuelle pour adapter les systèmes kanban à la culture dans lesquelles ils peuvent évoluer. Pour les gens qui ont pu participer, voici les éléments que nous avons abordés. Naturellement attention pour ceux qui voudraient participer à l’avenir mieux vaut ne pas lire les propositions suggérées en fin de session.

Je dis non

Enfin j’essaye de bien dire non. Chez beNext je ne suis pas seulement coach. Je suis directeur général, investi de la mission d'être le garde-fou ou le bouffon du roi, celui de David, actionnaire unique et fondateur. Je me fais aider par Dragos, l’observateur à l’œil perçant et à la parole sage. Notre trio fonctionne à merveille (jusqu'à maintenant, merci de toucher du bois). Il se nourrit d’une tension positive. Mais alors que la société s’épanouit, je deviens de plus en plus ce gardien du temple, ça m’use.

Livrer pour apprendre et expérimenter ou livrer pour finir ?

Dans une conversation sur Linkedin une phrase se voulant “choc” est délivrée : “Si t’as l’impression de ne pas avoir fait de ton mieux, ne livre pas.” À mes yeux en l'état, cette phrase ne veut rien dire. Tout va dépendre du contexte et des sous-entendus. Pour souligner cela j’y réponds : “Si tu ne te sens pas mal à l’aise avec ce que tu livres, c’est que tu livres trop tard” dixit le patron de Linkedin, je ne sais plus quand je ne sais plus où.