Le jeu scrum des balles et des points

…plus connu sous le nom de “Scrum ball point game” de Boris Gogler. Ce jeu innovant propose un bel apprentissage du vécu d’une équipe scrum. Je l’utilise depuis quelques temps assez régulièrement (en formation ou lors d’un projet dont vous êtes le héros agile). Et j’ai pu vendredi dernier en participant à une rencontre du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) le proposer à 300 personnes…

Toute une histoire qui me donne l’occasion de revenir sur les leçons de ce jeu. Merci donc à Boris Gogler pour ce jeu. Merci aussi à lui de ne pas sombrer dans ce minable mercantilisme des innovations games où maintenant pour dessiner un bateau il faudrait soi-disant une certification.

## Objectif du jeu

Faire transiter le plus de balles dans un système dans un temps imparti. Le système c’est votre équipe : donc il faut faire passer le plus de balles au sein de l’équipe. Le temps imparti avoisine habituellement 2mn. A chaque tentative l’équipe annonce son estimation : le nombre de balles qu’elle pense pouvoir faire transiter dans le système (le groupe !) durant les 2 mn. A la fin de chaque tentative on s’octroie un petit moment (1mn, 1mn30 selon les cas) pour s’interroger : comment pouvons nous faire mieux ? comment pouvons-nous nous améliorer ? On réalise généralement 5 itérations qui contiennent donc : estimation, réalisation, introspection.

Contraintes

Oui, c’est la vie, il y a des contraintes.

Quelques consignes aux facilitateurs

Attention la suite va dévoiler quelques aspects du jeu qu’un futur joueur ne devrait pas connaître.

Vous pouvez vous servir de ces consignes que j’ai réalisé pour les facilitateurs qui m’accompagnent lors de gros évènement (voir plus bas…).

Les questions du debrief

À la fin du jeu naturellement on debrief.

Autres thèmes : Vélocité naturelle, inspection & adaptation (amélioration continue), théorie des contraintes, sécuriser l’échec, éliminer le gaspillage, “pull & push”, protection de l’itération, héros ?, équipe & leadership, planification & estimation, etc.

Les apprentissages et les observations

Que peut-on retenir de ce jeu ? Plein de choses, et chaque partie a ses propres conclusions, mais voici les principaux points qui émergent régulièrement :

CJD

CJD

Antithèse

L’antithèse de ce jeu aurait été de se lancer dans 10 ou 15 mn de réalisation (5 itérations de 2 minutes regroupées en 1, avec ou sans la phase d’introspection) basé sur un plan définitif et figé pour la mise en oeuvre et mené par un chef suprême. Le premier tour aurait été peut-être satisfaisant (si on a pas perdu trop de temps à préparer le plan…). Mais rapidement on aurait :

Vous voyez la métaphore ?

CJD

300 (pas le film), les jeunes dirigeants !

Donc vendredi dernier (22 mars 2013). J’ai eu le plaisir de faire un “scrum ball point game” avec ~300 participants, et donc 15 équipes de 20 personnes et 500 balles. Oui cela a été extérieurement le bazard, mais uniquement extérieurement car les équipes n’ont cessées de s’améliorer. (Naturellement dans l’action je n’ai fait aucune bonne photo…). Merci à tous les facilitateurs, à Jérôme et au Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) d’avoir permis cela à l’occasion de leur rencontre autour du dirigeant agile (et qui fera l’objet très rapidement d’un autre billet de blog, car observer 300 dirigeants parler agilité cela vaut le déplacement).

CJD

les scores ont été jusqu’à 50 (ils ont ramassés des balles par terre d’autres équipes j’imagine). Le CJD avait affreté un charter de 500 balles aux couleurs de son logo.

CJD

Et là ça debrief.

CJD

Quelques caricatures

Le CJD a aussi eu la très bonne idée de faire venir Loïc Schvartz, un dessinateur rennais qui collabore régulièrement avec Charlie hebdo, Marianne et Ouest France, pour croquer les conférences et les ateliers… Voici les résultats de ce premier “scrum ball point game”…

Les trois dernières sont des évocations du petit speech que j’ai réalisé derrière en m’appuyant sur ces slides.

Cliquez dessus pour une meilleure résolution.

CJD

CJD

CJD

CJD

CJD

CJD


atelier workshop seriousgame cjd