pablo pernot

Shadoks, freins, changement, cynefin

Ce mois-ci j’ai pu donner deux fois une petite présentation (~40mn) sur globalement le thème de la conduite du changement agile dans les organisations. Mon souhait dans cette présentation est la difficulté sur le terrain de concilier le ticket d’entrée de l’agile -très bas finalement (une lecture de 20 pages par exemple le scrum guide de scrum.org)-  avec la complexité sous-jacente qui existe bel et bien. Cet écart est la source de bien des déceptions et déconfîtures. Et aujourd’hui où l’effet de mode bat son plein, où il faut mieux faire de l’agile -on ne sait jamais- que de ne pas en faire, les désillusions seront nombreuses.

Shadok

Voici un petit retour sur le contenu, puis le contenant et le feedback.

Le contenu

J’ai essayé de découper mes slides (ils sont plus bas) en trois parties
la première met en avant le socle “cynefin” et “cynefin dynamics”. Ce framework a pour qualité de bien mettre en évidence les différences entre le domaine ordonné (compliqué ou simple), et le domaine complexe. Je vous encourage à commencer par voir cette vidéo ou à en lire plus ici et . Mais pour simplifier à l’extrême c’est dans le domaine complexe que l’émergence des pratiques “agiles” va se produire, et c’est en les faisant basculer dans le domaine ordonné que l’on va vraiment pouvoir les répandre au sein de l’organisation. La dynamique de ces pratiques qui passent de “nouvelles” à “émergentes” ou “bonnes” ou “meilleures” est aussi la source de freins. Quand j’essaye de fixer une bonne pratique je suis confronté à des freins. C’est la deuxième partie de cette présentation. L’idée que je souhaite soutenir est que le freins ne sont pas un problème en tant que tel. Ils sont la manifestation que l’on est en train de travailler sur nos pratiques, ils sont nécessaires, ils sont la preuves de nos progrès. Si on souhaite citer la théorie des contraintes de Goldratt, on  peut aussi dire (toujours très simplifié) que les freins sont la plus grande source d’amélioration. Mais si les freins sont trop nombreux, trop récurrents, trop gros nous ne franchirons pas cette étape d’amélioration. Elle sera insurmontable. C’est la troisième partie de ma présentation : si on ne souhaite pas être submergé par les freins (taille, nombre) il faut une bonne conduite du changement. Pour cela je me réfère à un acronyme que je trouve très efficace : ADAPT.

Awareness, sensibilisation, si les gens ne savent pas ce qu’est l’agile, difficile de réussir.

Desire, envie, maintenant qu’ils savent ce qu’est l’agile, en ont-ils envie ? (avaient-ils envie de quelque chose qui n’était pas l’agile ?).

Enfin Ability, capacité, en fonction de la nature de votre organisation, du contexte mais aussi donc de la sensibilisation à l’agile de votre organisation et de son envie, comment adapter votre parcours agile.  

(Je ne traite pas “Promotion & Transfer” les deux derniers qui sont là pour “fixer” le changement). Donc, différente capacité, différents parcours, différentes méthodes agiles, différentes possibilités, il y a de nombreuses voies, il faut en choisir une qui soit bien adapté à sa capacité sinon on va générer trop de freins. Il n’y a pas de meilleure capacité.

Pour résumer et en inversant la chronologie de la présentation : si vous vous donnez les moyens d’une bonne conduite du changement, vous éviterez d’avoir trop de freins, ou de trop gros freins. Mais des freins sont nécessaires car ils sont la preuve que le changement est en cours, ils sont aussi la preuve que l’on fait émerger de nouvelles pratiques en adéquation avec ce qu’est votre organisation. Pour bien comprendre ces dynamiques il me parait très intéressant de se plonger dans le framework cynefin.

Les slides chez Speakerdeck :

## Le contenant et le feedback

esprit agile

J’ai pu donc donner cette présentation dans deux lieux jusqu’à maintenant. Lors d’un petit déjeuner dans les salles de formation de Smartview. J’ai aussi pu donner cette présentation grâce aux efforts de Karine & Eric (@viaxoft) et de l’association Esprit Agile à Marseille. Merci à eux ! (A Marseille nous avons fait 40mn de présentation et 1h30 de discussions…).

La réception a été bonne, mais pas mal chahutée (j’ai appris beaucoup)  :     - ”c’était trop théorique, pas assez concret”.

Oui mais je crois qu’il faut parfois asseoir une analyse théorique pour mieux appréhender le concret. Cette remarque est recevable naturellement. J’ai cependant la prétention de penser qu’il faut poser une graine sur ces aspects théoriques considérés complexes et laisser murir. Mais oui c’est assez théorique, et surtout *trop* théorique pour les gens venus chercher des clefs concernant l’agile, des novices ou débutant (ceux qui sont venus chercher des réponses “meilleures pratiques” à une checklist de freins : justement nous sommes loin d’être dans ce cas de figure, ce n’est pas ainsi qu’il faut l’appréhender). J’aurais du préciser dans le programme que ce n’était pas pour des novices. Les agilistes (ou les gens endurcis à la conduite du changement) ont su raccrocher mon discours à l’expérience, une partie des autres non.

  • “cela s’applique à tout, pas seulement à l’agile”.

Oui c’est vrai. Mais si l’on considère (comme moi) que les freins sont le résultats des collisions, des frottements explicités par cynefin dynamics et que l’on estime que l’agile a une forte adhérence avec le domaine complexe et les pratiques émergentes, alors même si ce discours s’applique à beaucoup de chose, il est particulièrement important pour l’agile.

Une présentation à méditer pour moi. Il est clair que je n’ai pas encore assez réussi à clarifier le discours que je souhaite voir passer. Mais d’un autre côté les réactions provoquées me laissent penser qu’il y a vraiment une base de travail très intéressante.

Shadok

Merci à Jacques Rouxel & Claude Pieplu pour ces inestimables Shadoks ! Merci aux gens présents et aux riches discussions qu’ils ont provoqués.

 


complexe complexite emergence cynefin shadoks shadok