pablo pernot

Le piège de la contractualisation à la française

L’année dernière j’ai été fasciné par les résultats de l’exercice proposé par David Barnholdt concernant la réalisation de spécifications versus le détail de la demande fournie. David encadre deux groupes de travail, à chacun il donne 1 mn pour réaliser les spécifications suivantes,  au premier groupe il demande : “dessiner une une prairie durant une belle journée d’été, avec des fleurs bleues et rouges dans l’herbe verte, quelques vaches et quelques oiseaux sous un éclatant soleil”. Au second  il demande : “dessiner une une prairie durant une belle journée d’été avec : 10 fleurs bleues avec 5 pétales chacune, 5 fleurs bleues avec 6 pétales chacune, 13 fleurs rouges avec 6 pétales chacune, 2 vaches avec 3 tâches noires, 1 vache avec 5 tâches noires, 2 vaches avec 4 tâches noires, 2 oiseaux dans le coin gauche en haut, 3 oiseaux au milieu, le soleil à droite avec 5 rayons”. Le résultat est stupéfiant mais on aurait du s’en douter :

Open Ended ?

Open Ended ?

Les commentaires sont sur le blog de David Barnholdt mais on aura compris…

Mon propos est d’extrapoler ce jeu de causes et effets au niveau de la contractualisation des projets. On pourrait dire que l’on reste dans le même domaine: expression des besoins (spécifications) que j’étends à la phase précédente cahiers des charges, etc. et donc de la contractualisation.

En France la culture du forfait avec un périmètre très défini est forte, encore plus dans le cadre des appels d’offres publics. C’est à mon avis l’une des causes majeures des échecs ou des difficultés ressentis dans les projets informatiques.

D’une part tout le monde sait bien qu’il est impossible de connaitre 100% de son périmètre à l’avance (si vous lisez Popendieck elle dissémine quelques anecdotes “rigolotes” dont celle des “marines” (prononcez “marines” avec un cigare dans la bouche) : lorsqu’ils déclenchent une attaque ils connaissent 70% de leur plan, ils savent que 30% de ce qui va arriver n’est pas “prédictible”). Donc s’engager, payer, contractualiser sur quelque chose d’inconnu ou pire, de faux, est une lourde erreur, lourde de conséquences.

sûr d’en avoir “pour son argent”. Et cela va se révéler contre-productif
la “sur-spécification”, la spécialisation, va probablement entrainer des développements à façon qui, si ils vont répondre très précisément à un point, vont interdire et limiter fortement tous les autres aspects fonctionnels ou techniques.
cela va se révéler contre-productif
la “sur-spécification”, la spécialisation, va probablement entrainer des développements à façon qui, si ils vont répondre très précisément à un point, vont interdire et limiter fortement tous les autres aspects fonctionnels ou techniques.

On ne peut pas les blâmer, les SSII ont pour vocations de faire des bénéfices et quand il y a contentieux, c’est le cahiers des charges ou les spécifications qui font foi, donc très rapidement. Bref, c’est une lutte, une guerre de tranchées, plutôt qu’une collaboration. Et c’est le serpent qui se mord la queue, car plus les SSII vont jouer bêtement leur rôle, plus les clients vont sur-spécifier.

Difficile aussi de trouver une voie de sortie : si un client fait l’effort de ne pas “en rajouter” la SSII va prendre cela pour un effet d’aubaine et se jeter sur une marge probable à dégager. Je reviens à l’agilité qui est -là encore- la meilleure solution, itération, collaboration, enfin du bon sens. On doit rompre avec une contractualisation basée sur un périmètre complet pré-défini. Aujourd’hui dans le cadre des marchés publics c’est malheureusement quasiment impossible.

Deux maximes à méditer : (faîtes OooommmM) “le mieux est l’ennemi du bien”, “All failure comes from misunderstanding” (“tout échec vient d’une incompréhension”, the wheel of life, truc tibétain, 500 ans av JC)


contrat agile jeu seriousgame workshop atelier