pablo pernot

Kanban, Scrum, rythme et rituel

Ce billet prend naissance au travers de la lecture de cet excellent article : The philosophy of Kanban is Kryptonite to Scrum . Je n’ai pas mis en oeuvre KanBan. Je n’en ai pas eu à ce jour l’occasion (cela ne saurait tarder), mais prenez donc cet article avec des baguettes car je n’ai pas de feedback terrain à ce sujet.

Ma problématique :

  1. Scrum et les méthodes agiles connaissent un succès exponentiel en ce moment : il suffit de jeter un oeil au Google Trends
  2. Les SSII veulent manger leur part du gâteau, les entreprises se ruent dessus
  3. Il n’est pas aisé pour les SSII ou les entreprises de mettre en place Scrum pour -à mes yeux- deux principales raisons : contractualisation, stabilité/pérénité de l’équipe (la troisième serait “responsabilisation” du product owner, et donc du client quel qu’il soit)

A la lecture de l’article cité ci-dessus je me dis que la solution réside peut être dans KanBan. Il ne règle pas la question de contractualisation mais il peut régler celle de la stabilité de l’équipe. Pourquoi ? Scrum apporte beaucoup de souplesse en réponse aux besoins d’un projet, mais il n’introduit pas nécessairement beaucoup de souplesse au sein de l’organisation. Il nécessite un rituel fort et contraignant : les sprints,  les daily scrum, les retrospectives, le tout organisé autour d’une équipe très stable et très impliquée. Pour une SSII (ou une entreprise) ce n’est pas si simple à mettre en oeuvre. Rare sont les moments où une équipe peut effectivement entièrement se consacrer à son sprint. Rare sont les projets ou une personne/évènement externe ne vient pas bousculer le planning, les priorités. KanBan propose un cadre moins rigide (oups scrum méthode agile serait rigide, non ne me faites pas dire cela), en tous cas il propose moins de recommandations d’une part (pour reprendre les termes de Henrik Kniberg (cf les liens ci-dessous)), et ne l’assujetti pas à des timeboxes et un rituel régulier (stand up, etc..). Mais le cycle de Kanban se différencie de la vélocité de Scrum. Le rythme/“flow” de Kanban me parait beaucoup moins contraignant. la vélocité de Scrum est rythmée par le rituel, mise en exergue par les burndown chart, on se doit de respecter l’itération : si une user storie n’est pas achevée à la fin du sprint elle n’apparaitra pas dans la démo, elle a été hors du rythme et donc exclue. Là où Kanban -il me semble- va être plus docile : on déduit le rythme des faits, on ne s’y soumet pas.

Bref, l’exercice de suivre la rythmique de Scrum n’est pas aisé, je me répète, d’où aussi l’importance de la sensibilisation du management au respect des règles d’un projet Scrum. Mon propos est aussi de dire que des fois ce n’est pas possible et qu’il s’agit peut-être là finalement de plutôt se tourner vers Kanban (sans opposer les deux, ce en quoi je ne fais que redire ce que l’article cité ci-dessus explique bien mieux).

Autre point qui m’amène à évoquer KanBan, il se peut (double conditionnel alto arrière..) que je sois amené à coacher des équipes composées de 1 à 2 personnes dans un prochain temps. Avec 1 personne Scrum perd de sa substance…  On se retrouve simplement dans le mode héro (oyez CMMi niveau 1…), en espérant que cet acteur solo a une bonne culture de la gestion d’un projet informatique, des outils qu’il peut mettre en place, etc, mais nulle question à mes yeux de réaliser un daily stand up seul, surtout si une seconde personne vient de façon épisodique compléter l’équipe.

Là encore KanBan avec son approche -apparemment- plus simple, et beaucoup moins ritualisée, va peut-être pouvoir répondre à ce besoin. En introduisant un simple “radiateur” KanBan je peux amorcer une gestion rythmée du projet, je n’ai pas de sprint à respecter, je peux introduire une seconde personne de façon épisodique. Bref je me répète :  je peux rythmer plus simplement le projet  et qui dit rythme, dit charge et planification et donc indicateurs et prévisions, etc.

Pour finir et afin de le rappeler une nouvelle fois, je n’ai pas encore mis en oeuvre Kanban à l’inverse de Scrum, excusez moi par avance si j’avance ici des grossièretés à vos yeux de Kanbanmaster (?). Je veux simplement souligner pourquoi KanBan serait une piste intéressante. J’en décèle deux : impossibilité d’appliquer le rituel de Scrum et de garantir la stabilité de l’équipe, l’un étant souvent le corollaire de l’autre.

Un autre article très intéressant : Kanban and Scrum a practical guide et surtout le PDF associé qui compare Scrum à KanBan, celui avec la citation de Myamoto Musashi, …

Kanban and Scrum - a practical guide


cadence scrum kanban