OKR is the new SAFe

Il y a deux ou trois ans je tweetais “OKR is the new SAFe” (je ne sais plus exactement quand, @tiphanie nous dira on en rigole encore, compte twitter supprimé depuis, retrouvez-moi sur : https://toot.portes-imaginaire.org/@pablopernot). Comprenez bien : cette parodie de titre de série télé met en évidence que SAFe est une supercherie et qu’il faut à OKR faire attention de ne pas tomber dans le même piège. Aujourd’hui je confirme avec naturellement avec moins de négativisme que SAFe.

Savoir, vouloir, pouvoir

J’ai écrit et réécrit cet article. Franchement écrire sur ChatGPT ça m’a paru intelligent au début, me questionner. Et puis devant la litanie, la déferlante, cela a commencé à m’apparaître comme complètement inutile. D’autant qu’au fil du temps le retour a été : il sait faire quantité de réponses justes, mais insipides à l’image du flot de contenu de basse qualité qui inonde nos médias. Peut-être, pour faire appel au concept de Nassim Nicholas Taleb, que cette intelligence artificielle a une défaillance majeure : elle n’a aucun skin in the game, aucune de ses réponses ne l’engage elle.

Produit maximum tolérable

Les mots fabriquent notre monde. le langage que nous employons nous fait voir le monde d’une certaine façon. Aux personnes que je manage je leur rappelle sans cesse que – un peu comme la méthode Coué – si tu parles en décrivant le monde tel que tu aimerais le voir, c’est déjà un grand pas en avant pour le rendre ainsi (je ne parle pas ici de se mentir à soi-même !

Pensez-vous transformation ?

Pensez-vous transformation ? C’est ce que l’on m’a encore dit récemment : nous souhaitons nous transformer et avoir une approche produit. Je l’entends souvent. C’est normal. C’est mon métier. Je vais redire, encore un peu différemment, encore un peu comme d’habitude, ce a quoi je crois, mon expérience. C’est probablement une part de mon rôle : répéter, rappeler, répéter. Cette fois-ci j’ai rapidement fait 27 phrases / slides. Phrases sur lesquelles j’amène du contexte et du contenu.

Organisation vertueuse ou calamiteuse ?

C’est depuis un weekend paisible dans la campagne, pas très loin du Mans, au domaine de la Richardière1, que j’écris. Dans un cercle de connaissances, un débat a émergé. Celui de l’état calamiteux, ou pas, de certaines grandes administrations françaises, ou certaines grandes organisations françaises. S’en est suivi une série de dialogues qui opposent privé et public : à cela je ne crois pas. On va trouver de très belles organisations et des organisations désastreuses des deux côtés.

Produit de demain

Est-ce que je sais à quoi ressemble le produit de demain ? Non, par définition c’est le produit de demain, je ne sais pas aujourd’hui à quoi il ressemble. Mais alors peut-on s’appuyer sur les dernières années pour imaginer quelques pistes ? Peut-être, j’y reviens plus bas. Qu’est-ce que j’aurais envie de vous dire sur le produit de demain ? D’abord des bonnes nouvelles dans cette anxiété qui grandit :

Raid Agile 2022

Le premier raid agile remonte à 2014. Il faisait suite à une série de agile open sud sorte d’initiative champêtre autour de conversations entre pair. Faire le raid agile c’est une évidence pour tout le monde. Personne ne va vous dire ou ne nous a dit que c’est bête. Trois journées en immersion dans les Cévennes avec des experts ou des mentors du domaine, dans un gîte, avec des balades instructives, des sujets avancés.

Product Design at ALE 2022

To welcome my friends from ALE, I will write this post in english. I did set up a workshop with Alberto and Olaf. The idea was : on the backbone incarnated by the event storming / process modeling from Alberto, I bring product design, and Olaf brings meta reflection about value based on impact mapping. I’ll summarize the product design stuff I brought during the workshop here. (I’m trying to make a very low-tech, low consumption website, if you want/need the real, nice quality image, you need to click on it)

Produit de demain, préambule

Aujourd’hui c’est hier, on le sent bien. On vit dans le monde d’avant. On parlait de “Great resignation” ces derniers temps, j’ai plutôt l’impression de “La grande réalisation”, dans le sens où tout le monde, moi le premier (ou le dernier), semble réaliser l’importance de notre écoresponsabilité. Pour un acteur du produit digital le paradoxe est douloureux, tout dans notre monde tourne autour de la technologie, rien de la technologie ne semble aller dans le sens du monde.

Lectures sur le product management

Je suis en ce moment assez focalisé sur le produit responsable, et je prépare quelques réflexions sur le sujet. Entre temps les personnes de la newsletter produit de la School of product, et notamment la puissante Marion Lecerf, m’ont demandé une petite liste de lecture sur le produit. Vous pouvez la lire : Newsletter spéciale livres Le lien vers la newsletter complète : Newsletter School of product #20 spéciale livres